Chapitre 9, où le niveau baisse…

Juste un petit mot pour répondre en quelques lignes à une affirmation désormais parfaitement entrée dans le cerveau du français moyen – et même du moyen supérieur- : le niveau baisse. Entendu en salle des profs, vu à la télé, lu sur Internet… aucun doute le niveau baisse (en tout cas celui des journalistes). Pour ne pas m’étendre sur un sujet un brin polémique je dirai juste que :

- les exercices de chimie réalisés par la soeur de ma copine actuellement élève en 1e S sont inaccessibles à 90 % des français (la proportion monte à 100% parmi les gens qui déclarent que le niveau baisse). Ma copine a vu certains points traités dans ce programme lorsqu’elle était en prépa… 

- le niveau de français de la soeur de ma copine est effectivement moins bon que le mien à son âge ou que celui de sa soeur. Même chose pour la culture générale (enfin ce que les « autorisés » s’évertuent à appeler culture générale, sachant que celle-ci évolue, et bien plus vite aujourd’hui qu’elle ne le faisait hier).

- Le niveau en Histoire vaut globalement celui d’il y a quelques années : les élèves ont gagné en réflexion, outils conceptuels et compréhension ce qu’ils ont perdu en dates, biographies et autres connaissances plus précises. Je fais partie de ceux qui pensent que ce n’est pas plus mal…

 Moralité il n’y a pas UN niveau qui baisse (à force de baisser il doit être passé par le centre de la terre et tout près de croiser des kangourous) mais DES niveaux qui évoluent majoritairement en fonction des priorités qui sont données (la série S omnipotente a renforcé le niveau des élèves en sciences et quelque peu apauvrit le niveau de français) et des programmes qui sont établis ( oui, les programmes de français du secondaire sont sur certains points assez ineptes). Il est donc inutile et illusoire de vouloir généraliser, tout en sachant que chaque génération amasse des connaissances et des compétences différentes de la précédente (Comment ça vous n’avez pas lu Phèdre??? Vous ne savez pas faire une règle de trois de tête???). De même ça me fait toujours bien rigoler quand on parle « Des profs », sachant que rien ne ressemble moins à un prof qu’un autre prof (je peux vous le dire, j’écoute les cours de mes collègues quand il y a un peu de calme dans le mien). Même remarque pour les IUFM (et la blague du référentiel bondissant entendue 2000 fois). Tout dépend sur qui on tombe (et oui, il y a du bon… et du beaucoup moins bon)

Le niveau des élèves dépend de leur environnement socio-culturel bien plus que des programmes, des profs, du président, de la qualité des repas à la cantine, de leur habilité pour le shoot à 3 points, du temps passé devant Koh-Lantha etc.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui et promis, je recommence très vite à essayer d’être drôle (dès que mes élèves sortiront de leur torpeur humoristique à vrai dire)

A +

Le prof : et donc les Grecs appelaient les étrangers les barbares

Arnaud : Ah! Ah! Ah! Babar!

ps : désolé pour ce (petit) pavé lancé dans la marre, mais quand même, que de bêtises lues et entendues…

Chapitre 8, où le chevalier part à la recherche de la France qui se lève tôt

 

Ca y’est! J’en suis! J’ai enfin mon ticket d’entrée! Ca a dû se passer vers 5h35 ce matin, au moment où Sting commençait à chantonner « De Do Do Do De Da Da Da » (faut bien se lever de bonne humeur). Enfin peu importe. Car ça y’est! J’en suis! Me voilà enfin admis dans la race supérieure de la France des années 2000 : la France qui se lève tôt. Certains d’entre vous en font sûrement déjà parti mais pour les autres qui n’ont pas encore eu cet insigne honneur, je me dois de relater mon expérience dans ce monde parallèle.

Pour commencer la France qui se lève tôt prend son petit déjeuner sans s’affoler. Elle a pris sa douche la veille au soir pour ne pas entrer dans la catégorie ultime, la France qui se lève trop tôt. Elle met la radio pas trop fort, la France qui se lève tôt, parce qu’elle voudrait pas réveiller les voisins qui dorment, ceux de l’autre France. A la radio, pas de pubs! Les annonceurs sont forts. Ils savent que la France qui se lève tôt n’a plus le temps de consommer. Mon temps de cerveau disponible s’est en effet considérablement réduit ces derniers temps.

6h 15. Dans la rue la France qui se lève tôt se sent bien seule. Mais où sont donc passés les travailleurs acharnés??? Pas de voitures, pas de piétons et à peine deux ou trois personnes au comptoir de la brasserie du coin en train de prendre un café. Encore tout heureux de ma récente admission je me permets de les saluer en passant d’un air entendu. Après tout on fait partie du même club maintenant. On est un peu tous copains. Surtout qu’à ce que je vois on n’est pas très nombreux. Enfin… eux n’ont pas trop l’air de me calculer.

6h30 Quai du train de banlieue. La France qui se lève tôt a de la chance de trouver l’Equipe, le marchand de journaux vient tout juste d’ouvrir. Pas de problèmes pour s’asseoir, c’est pas la grande foule. Un homme dort allongé sur une rangée de trois sièges. Un autre se réveille brusquement à chaque fois que le « signal sonore » retentit. La France qui se lève tôt a l’air drôlement fatiguée.

7h25 Plus qu’une gare avant l’arrivée. Je termine la page volley féminin. Je me prépare à attaquer le supplément rugby (on s’occupe vraiment comme on peut) lorsque, stupeur, je me rends compte que le wagon est vide autour de moi. Mais où est donc passée la France qui se lève tôt?

Lire la suite de ‘Chapitre 8, où le chevalier part à la recherche de la France qui se lève tôt’

Chapitre 7, où « ça se sait »

 

Peu de choses à raconter récemment, tout simplement dix-huit heures de bonheur intense au CDI cette semaine, avec les rebondissements et les affres liés à cette étrange fonction. Que vous raconter? La tentative du rectorat de transformer les RAD de français en documentalistes (après tout y’a des livres aussi)? Les recherches compulsives sur la chasse au sanglier d’un élève de 6e? Les visites sur la page de bodybuildingdemonpapa du même élève? La nouvelle définition de E=MC2 par deux petites quatrièmes (parce que tu vois, MC, c’est les rappeurs tu vois, les maîtres de cérémonie)???

Non, quittons donc un peu ce petit CDI et allons voir ce qui se passe ailleurs. Dans ma boîte aux lettres par exemple. Toujours pas de nouvelles de l’homme aux talonettes. C’est bizarre, mon collègue prof dans le 93 l’a reçue lui cette lettre… Enfin peu importe car moi j’ai eu la chance de l’avoir dans ma petite télé le camelot de Neuilly. C’était jeudi soir. Formidable opération marketting. Problème, je ne suis pas sûr que le produit soit à la hauteur, cf. le petit extrait de l’interview que voici, retranscrit par mes soins d’après ma mémoire totalement subjective :

Arlette Chabot, après un petit passage de Sarko sur la rémunération au mérite des enseignants :

- Mais alors que proposez-vous pour l’évaluation des enseignants?

- Mais ça se sait, Arlette Chabot, ça se sait quand un professeur fait du bon travail…

S’en suit un petit laiüs type larme à l’oeil sur le prof, les voyages scolaires et la découverte de la nature.

Moralité : ça se sait! Quoi? Mais tout, bon dieu, tout! Tout se sait! En tout cas moi dès que je peux je mets le maximum sur les sorties scolaires.

 

Lire la suite de ‘Chapitre 7, où « ça se sait »’

1...111213141516



theworldofdd |
missyoura |
Kidal-blog: site d'informat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'air du temps
| vision libre
| jacquemiche2