Chapitre 21 : où chouette, un autre dragon!

 Admettons-le, je commençais à m’inquiéter. Une secrétaire du proviseur charmante et plutôt compétente. Une direction aux petits soins prenant régulièrement des nouvelles. C’est sûr il y avait quelque chose de pourri au royaume de Fort Fort Lointain.Allons donc! Un royaume sans dragon? Je n’osais y croire. Parce que ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’un chevalier sans dragon, c’est un peu comme un président sans épouse. Ca fait mauvais genre.

Enfin bon, tout cela est terminé, car ça y’est, je l’ai trouvé. Bon, ok, j’avoue que ça fait qu elques jours que je suspectais sa présence. Mais hier, le dragon s’est montré au grand jour. Avec flammes tout ça tout ça. Et notre duel fut âpre mais j’ose croire que le preux chevalier a remporté  la première manche.

elliott.jpgLe dragon de Fort Fort Lointain existe donc. Et ce n’est pas un gentil dragon comme ce cher Elliott. Oh non… celui-ci rentre définitivement dans la catégorie emmerdeur royal, option glande. Voire option fourbe. Car le dragon de Fort Fort Lointain est fourbe. Il ne se trouvait pas comme tout bon dragon au rayon secrétariat. Non! Il se cachait tel un pleutre au rayon intendance. Attribution double: cartes de cantine et photocopieuses. De quoi terroriser tout un établissement.

Car le dragon a posé ses griffes là où ça fait mal. A lui seul il contrôle les estomacs de l’ensemble du lycée. Pour mieux terroriser la population le dragon a inventé un système ingénieux. Dans un établissement normal, pour manger il faut avoir une carte, de l’argent dessus et se rendre au « restaurant scolaire ». La cantoche quoi. Mais à Fort Fort Lointain ça ne suffit pas. Il faut badger. Et tout le monde n’a que ce mot a la bouche : « t’as pas oublié de badger? » « Monsieur, on peut sortir très vite, on a oublié de badger » « Oufff, un peu plus et j’oubliais de badger ». Le principe du badgeage est simple : pour manger le midi à la cantine du lycée de Fort Fort Lointain il faut passer son badge -qui ressemble plus à une carte magnétique qu’à un Pin’s, mais bon- dans une étrange machine, IMPERATIVEMENT avant 10 heures. Sinon pas de manger.

Pas grave, me direz-vous, il suffit alors d’aller acheter un sandwich. Sauf qu’à Fort Fort Lointain, y’a pas de sandwich. Pas à proximité en tout cas. Alors si vous voulez avoir la chance de manger, faut badger.

kangourougris1024.jpgCe serait d’ailleurs dommage de pas manger. Car à Fort Fort Lointain ils savent faire de ces choses! Ainsi, vendredi dernier, à la cantine on pouvait trouver du Kangourou. Oui, oui, le truc australien avec des poches qui fait de la boxe. Sûrement élevé quelque part dans la campagne de Fort Fort Lointain. Moi je savais même pas qu’on pouvait manger les cousins de Skippy, mais si. D’ailleurs j’expliquais naïvement à mes collègues que pour manger de la viande, y’avait le cochon et les vaches, mais on me répliqua que je devais être plus ouvert d’esprit. Et puis tu verras, c’est vachement bon.

En fait, une fois dans votre assiette, le kangourou ressemble plus à ça :

bourguignon.jpg

du boeuf bourguignon. J’avais beau avoir prévenu mes élèves : «  ne touchez pas au Kangourou, voilà typiquement un choix écologique stupide – on est en plein chapitre sur « nourrir les hommes » », ils se sont quand même rués dessus. Je crois qu’ils mangeraient leur chien si on le servait en escalope panée à la cantine. Moi, je me suis contenté des patates à l’huile.

Mais revenons au dragon. Et au badgeage. Lequel est appliquable aux élèves mais aussi aux profs! Sans aucune exception. Ou alors il faut aller voir le dragon. Mais ça, on évite. Mardi dernier une collègue prof de sport avait oublié de badger. Elle m’expliqua qu’elle préférait « marcher vingt minutes pour aller chercher un sandwich, plutôt que d’aller voir P. alias le dragon ». Si même les profs de sport ont peur, où va-t-on? Enfin, me disais-je, voilà une vraie mission pour le preux chevalier.

Cependant, le terrain du badgeage semblant escarpé, je décidais de l’attaquer dans la vallée des photocopieuses.

Hier, 13h00, une centaine de photocopies à faire et une photocopieuse qui indique cartouche vide. L’heure de l’affrontement est venue : le dragon est le seul qui peut changer la cartouche, opération qui peut bien prendre jusqu’à 5 minutes de son temps, ô combien précieux.. Je me dirige donc vers le bureau du dragon, une pièce biscornue au fond du sombre couloir de l’administration. Arrivé à la porte je tends l’oreille. Le dragon est en train de cracher ses flammes sur une élève dont le chèque n’affiche pas le bon montant. Qui a déjà eu la chance de fréquenter les intendances de l’éducation nationale sait que 10 centimes de moins ou de trop et c’est tout qui fout le camp. Quelques secondes plus tard, l’élève, réduite en cendres, sort du bureau et j’en profite pour entrer. Le dragon, catogan filasse sur barbe de 30 ans, un air de « on me donne pas d’ordre à moi » m’accueille d’un sympathique « Ah, ben décidément je vais pas pouvoir prendre ma pause déjeuner ». Ok. La bataille peut commencer.

Moi – Excusez moi de vous déranger mais il n’y a plus d’encre dans la photocopieuse. Est-ce que vous pourriez changer la cartouche, s’il vous plaît?

Le dragon (déjà excédé) – Oui. Ben je m’en occuperai tout à l’heure. C’est ma pause déjeuner là.

Moi (énervé) – Sauf que j’ai contrôle dans une demi-heure et que j’ai besoin de la photocopieuse.

Le dragon (toujours excédé) – Ben c’est ma faute si vous faites vos photocopies au dernier moment?

Moi (super énervé) – Non mais vous vous foutez de la gueule du monde!!! Je travaille pas le mercredi et le jeudi, j’ai cinq niveaux, je suis remplaçant, je travaille en flux tendu, alors oui, je fais mes photocopies quand je peux! Et je suis passé à 10h, y’avait déjà presque plus d’encre dans la photocopieuse.

Le dragon (presque confus) – Ah ben oui mais si personne ne me le dit à moi, je peux rien faire.

Moi – Ouais, ouais c’est ça. Laissez tomber (claquage de porte).

J’aime bien claquer les portes. Ca défoule. Mais ça n’aide pas à faire les photocopies. Alors je suis redescendu en salle des profs, ai récupéré le code d’un collègue sur une autre photocopieuse (la débrouille) et j’ai fini par les faire, ces photocopies.

Un quart d’heure plus tard, il paraît que le dragon est sorti de sa tanière, interrompant sa pause déjeuner (!), et a changé la cartouche.  Pas mal, pour un premier affrontement.

En racontant cela à mes collègues je me suis rendu compte que j’étais loin d’être le seul à avoir connu des difficultés avec le dragon. Néanmoins, tous n’ont pas la chance de pouvoir comme moi, faire fi de toute diplomatie pour cause de départ dans trois mois.  Jojo, le grizzlie qui me sert de collègue de TPE et mériterait un papier à lui tout seul, s’est fendu d’un magnifique : « je monte plus le voir celui-là, sinon je lui fous mon poing dans la gueule ». Quant à Jean-Pierre, mon collègue d’Histoire-Géo, il eut ces mots : « qu’est-ce que tu veux, c’est un fonctionnaire ».

Et nous, on est quoi?

Le preux chevalier.

Ps:

Stacy – Je comprends pas la question m’sieur

Moi – Et bien là tu vois il y’a une carte du relief en Espagne. Et là c’est une carte des précipitations. Tu dois chercher s’il y’a un lien entre les deux.

Stacy- …

Moi- Ben là par exemple, il y’a des montagnes et tu vois aussi qu’il y’a plus de précipitations.

Stacy- Mais, monsieur, les montagnes… ça pousse avec de l’eau?

6 Réponses à “Chapitre 21 : où chouette, un autre dragon!”


  • Certains adultes sont toujours aussi c… Heureusement qu’il y a les jeunes…
    Les montagnes, ça pousse avec de l’eau !
    C’est très beau, très poétique…
    Je crois que j’aurais explosé de rire, comme derrière mon ordinateur :-) !

  • Ahem, la gestion prévisionnelle des repas semble vous dépasser cher chevalier, elle est utile pour les agents de la cuisine qui ayant commencés les préparations à partir de 6H00 (livraisons, produits frais et entrées) peuvent avoir dès 10h00 une estimation précise des repas devant être servis à midi( compléter ou arrêter la préparation).
    Ainsi, et malgré le tarif ridiculement peu élevé voté par votre collectivité (aux alentours de 2? de matière par repas…regardez un peu les prix unitaires dans votre magasin habituel) ils essaient de confectionner un bon repas principal, le seul pour la plupart de vos élèves pour la journée.

    Là où je suis désolé, c’est de constater que vous n’engagiez pas un simple dialogue par question réponse en mode courtois pour savoir pourquoi cette procédure a été mise en place. Elle a été votée en conseil d’administration et vos représentants enseignants devraient pouvoir éclaircir votre lanterne…

    Quand la SODEXHO aura remplacé le dragon fonctionnaire vous ne badgerez plus certes. Mais au vu des tarifs qu’ils devront réaliser pour être rentable et le niveau de vie de vos élèves je crains que la cantine ne soit tout bonnement abandonnée dans votre établissement au profit d’une cuisine centrale éloignée qui vous livrera des plats micro-ondables sous-vide. Etant donné votre jeune temps dans le métier vous connaîtrez très certainement cette évolution. sachez que votre dragon appartient à une espèce en voie de disparition rapide. Quand on vous demande de faire des heures supplémentaires pour compléter les enseignements obligatoires, les administratifs eu, sont abattus à la hache au coin du bois.

    Je vous suggère d’aborder ces sujets avec vos collègues retraités qui vont venir suppléer aux disparitions de poste pour 28? par heure dans votre établissement.
    Certains vous indiqueront peut-être que votre victoire sur le dragon n’est qu’une illusion, vous avez terrassé un précieux allié.
    Cordialement
    Un dragon level 69

  • Cher dragon level 69,

    encore une fois à raconter trop de bêtises, je finis par raconter des conneries…
    Tout à fait d’accord pour les problèmes des personnels administratifs. Et je comprends bien l’intérêt de la gestion prévisionnelle des repas, même si c’est la première fois que je la rencontre (et j’ai bien vu une dizaine de cantines, de toute taille). Ce que je raillais c’était son inflexibilité, notamment vis à vis des enseignants, dont on peut penser qu’ils sont des personnes responsables… La moindre des choses lorsqu’on se montre aussi inflexible c’est d’être irréprochable dans son travail. Et en l’occurence ce dragon là ne l’est pas. Je suis là depuis seulement quelques semaines et je sais déjà qu’il s’est mis à dos tout le lycée. Quand on passe une demi-heure à discuter de l’actualité avec ses collègues sans rien faire à 10h du matin (j’étais dans la salle d’à côté en train de faire de très nombreuses photocopies), on ne refuse pas de faire une opération qui prend 5 minutes parce que c’est l’heure du déjeuner.
    Voilà, je veux volontiers croire que les dragons sont nécessaires et font dans leur immense majorité très bien leur travail, mais celui-là je ne peux décemment pas le défendre.

    Le preux chevalier

    ps : effectivement cette histoire des 28 euros par heure est scandaleuse
    ps 2 : le prix du repas à la cantine est de 3 euros 58… mais je dois avouer qu’hormis les problèmes de kangourou on y mange plutôt bien

  • Chez nous c’est sur les photocopies que notre bon dragon devient radin. 500 photocopies par tête de pipe. En HG et Educ Civ, avec des manuels qui datent de plus de 8 ans, difficile de ne pas l’utiliser…
    Economies de bouts de chandelles.

    TZRement votre

  • Je suis d’accord avec toi, le dragon est condamnable. Son « inflexibilité » méritait une réponse de ta part. Ce qui m’afflige le plus c’est le manque de courtoisie, du genre « tu me fais chier » de certains dragons envers le personnel enseignant, alors que selon les mots de certains « nous sommes tous dans la même barque »… ah! s’il n’y avait que les élèves… Enfin, claquer la porte et péter une gueulante c’était culotté, digne d’un vrai preu chevalier au service d’un monde meilleur!
    Comme tu le dis dans ton com’s, les enseignants sont « responsables » et ce n’est pas forcément ce que laisse entendre ce genre de dragon : l’année dernière, lors d’un remplacement, un intendant a refusé de me prêter des feutres pour écrire au tableau, le minimum vital en somme, pretextant que je n’allais rester que 15 jours et qu’il avait peur que je parte avec… J’ai dû acheter mes feutres et il m’a dit de les déclarer aux impots! (non, non, il était très sérieux, il avait pas l’air de se foutre de ma gueule…) Bref, même si je reconnais qu’il y en a de meilleurs que d’autres, certains laissent franchement à désirer et ne sont pas conscients des enjeux que peuvent avoir un feutre, une photocopie, une carte de self pour un enseignant.
    TZRement (cf. Marie haut, vive les néologismes!) solidaire avec toi, bonnes vacances.

  • Bonsoir,
    Je suis désolée de ce commentaire en forme de spam, mais je tiens simplement à faire circuler un article d’un collègue prof, qui fait état des pratiques douteuses du rectorat de Créteil et plus largement de l’EN concernant la suppression des postes de profs et le lobbying pro-heures-sup. A faire savoir au plus grand nombre, donc :
    http://www.politique.net/2008021902-education-nationale-suppression-de-postes.htm
    Merci ;)

Laisser un Commentaire




theworldofdd |
missyoura |
Kidal-blog: site d'informat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'air du temps
| vision libre
| jacquemiche2