• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 17 janvier 2008

Archive journalière du 17 jan 2008

Chapitre 18, où le chevalier est affecté au château de fort fort lointain

 Oui, je sais, je sais, ça fait bien dix jours que je vous ai laissés en plein suspense, taraudés par un cliffhanger digne des plus beaux épisodes de 24h chrono. CDI? Pas CDI? Vacances prolongées? Collège Ambition Réussite? Il faut le dire, les possibilités étaient multiples. Mais les voies du rectorat sont impénétrables et tels les scénaristes de Lost, ils sont bien les seuls à savoir où ils vont.

En tout cas moi, depuis la semaine dernière, c’est dans la belle ville (bourgade? village?) de N.- que nous appellerons désormais le royaume de Fort Fort Lointain (c’est plus simple)- que je me ballade.

shrek3.jpg 

 Avant toute chose plantons donc le décor -en même temps que notre tente. Fermez les yeux -pas trop, faut pouvoir lire quand même-, respirez un bon coup, voici Fort Fort Lointain. A seulement 2h porte à porte de chez moi (3 quand la SNCF supprime les trains « nous vous prions d’accepter nos excuses »), Fort Fort Lointain vous offre ses silos à grains, son usine désaffectée, sa gare de 25 mètres carrés (impossible de se tromper de voie), ses vieilles maisons du XIXème siècle décrépies, son mini-centre médiéval (un château-mairie, une église, une place avec des pavés, c’est tout mimi) et enfin ses 500 pavillons récents, garantis moins de 20ans d’âge, ambiance Valérie Damidot on refait tout chez vous (j’avoue, j’ai vraiment honte d’avoir regardé Déco hier soir). Depuis la gare, empruntez l’avenue du général De Gaulle (anciennement rue principale), la rue de l’Eglise, la rue des Ecoles puis traversez le parc du château. Arrivé au royaume des pavillons, redoublez de vigilance! Attention aux rues tournoyantes et à l’aspect labyrinthique de l’ensemble, un géographe s’y perdrait. Il y avait peut-être une raison pour que les romains fassent des rues droites et perpendiculaires, mais bon… Prenez l’allée Martin Luther King, tournez à gauche dans la rue Jacques Prévert, mais ne prenez pas l’avenue (véridique) Pablo Picasso et ses cinq mètres de largeur.

Non, continuez tout droit jusqu’au boulevard Georges Pompidou. Majestueux, flamboyant, il se dresse comme un militant PS dans une réunion de quartier sur le mini-traité européen, oui, c’est lui, le lycée polyvalent de Fort Fort Lointain. L’ensemble du lycée a été réalisé selon les plans du vaisseau Enterprise de Star Trek. Ah, c’est sûr, c’est pas facile de trouver la salle B 11. Mais un architecte heureux, ça n’a pas de prix.

A gauche du lycée, des champs. A droite, des champs. Derrière, des champs. En face des pavillons. Les élèves ne devraient pas avoir de problème à comprendre le concept de périurbanisation. C’est déjà ça. Mais revenons un peu en arrière : comment en suis-je arrivé-là?

Mardi 8 janvier 2008. Après un jour de bons et loyaux services au CDI, un pigeon voyageur du rectorat me parvenait avec la missive suivante : « SOS. Lycée de Fort Fort Lointain sans prof d’Histoire depuis deux mois. Merci de vous y présenter dans l’après-midi. Preux chevalier, nous comptons sur vos services inestimables » ( une phrase de cette missive n’est pas du tout crédible, sauras-tu la retrouver???)

Deux mois sans Histoire-Géographie? Et les parents ne sont pas encore en grève de la Faim devant le rectorat? Sûr, on n’est pas à Henri IV.

Il s’avère en fait que la personne que je remplace est partie en congé maladie pour grossesse difficile. Le rectorat s’attendait bien sûr à ce qu’elle revienne pour faire deux semaines de cours avant son congé maternité et n’a donc nommé personne en décembre. Mais ça y’est, le congé est commencé, le preux chevalier peut arriver.

Mardi après-midi, je descends donc du train qui mène à cette douce bourgade. Petite ambiance Charles Bronson, Il Etait Une Fois Dans l’Ouest. 25 minutes et cinq détours plus tard (foutus pavillons) me voilà à Fort Fort Lointain. Il s’avère que les gens y sont charmants et qu’on y est fort bien reçu. Ca change de l’administration prout-prout du lycée précédent. C’est à se demander si la proviseure n’est pas TROP charmante (pas physiquement, je vous rassure) : ces mots gentils, ce sourire, ça cache quelque chose. J’ai vu des films d’horreur. Et tout ça ne présage rien de bon.

Lire la suite de ‘Chapitre 18, où le chevalier est affecté au château de fort fort lointain’




theworldofdd |
missyoura |
Kidal-blog: site d'informat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'air du temps
| vision libre
| jacquemiche2