• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 septembre 2007

Archive journalière du 3 sept 2007

Chapitre 2, où un dragon ne veut pas signer le PV d’installation

Pré-rentrée nous y voici. Ah les discours du proviseur, les profs qui parlent dans le fond, plus fort que n’importe quelle classe (mais on s’en fout on est profs, et puis on va quand même pas respecter le proviseur, ni Dieu ni Maître! Je m’égare un peu…), la ruée sauvage sur les emplois du temps, les mines déconfites… seulement ma deuxième pré-rentrée et déjà ce bonheur perpetuel de voir qu’un prof, quand ça veut, c’est plus insouciant que les 7 nains réunis (oui, joyeux compris)

Seul petit problème, pas d’emploi du temps pour bibi… et oui pas d’affectation, pas d’emploi du temps. Pas de bras, pas de chocolat, voilà le Leitmotiv de la journée.

Mon établissement de rattachement est un collège/lycée de presque centre-ville. Mais contrairement aux autres TZRRAD, je suis affecté à la partie collège ce qui aura sans nul doute toute son importance.

Qui dit lycée de presque centre-ville, dit presque-retraite et l’assemblée des professeurs ressemblait ainsi fortement à une réunion d’ex-soixante huitards, le côté hippie sympathique en moins, le côté profs aigris en plus.

Les quelques jeunes qui allaient devoir payer les retraites de tout ce beau monde se décomposaient en deux parties : les TZR et les stagiaires. C’est beau le système de mutations de l’éducation nationale, c’est tellement beau…

Tous les nouveaux portaient un badge affichant leur nom et prénom. Sauf moi, le rectorat n’ayant pas été assez rapide sur ce coup là, même pas le temps pour un joli badge manuscrit. Pour autant je pouvais difficilement me faire passer pour un ancien.

Petit détail qui a toute son importance, on pouvait lire sur les badges, en dessous du nom et du prénom du porteur, la mention « certifié » ou « agrégé » (voire « RAD » pour les boulets comme moi). J’appris très vite que ce petit système permettant de se hierarchiser illico presto avait été instauré il y a quelques années. Auparavant il arrivait encore qu’un certifié parle à un agrégé voire pire que celui-ci lui réponde. Je vous rassure, quand les faits étaient découverts le certifié était justement chatié. Mais la plupart de mes nouveaux collègues ont passé l’âge pour ces jeux bon enfant. Alors vive le badge, le plus simple restant de ne pas parler aux nouveaux.

Je vous passe les blagues du proviseur pour m’attarder sur les doux mots de la proviseur adjointe fraîchement nommée. En substance cela donnait « je suis très heureuse de revenir ici après y avoir enseigné jusqu’en 1991. j’ai revu de nombreux collègues de cette époque ».

Ceci amène au moins trois réflexions

1 : Moi en 1991 j’étais en CM1

2 : Non vraiment, ils n’ont pas bougé depuis 1991 ?!

3 : C’est pas l’étoile rouge de Belgrade qui a gagné la coupe d’Europe des clubs champions en 1991?

Passé le buffet campagnard du midi (hi hi hi) me voilà parti à la pêche aux papiers administratifs… et aux clés du collège

Oui mais, pas d’affectation, pas de clés (ça fait tellement plaisir).

Direction le secrétariat pour récupérer le PV d’installation, papier nécessaire pour récupérer la prime que me devra le rectorat s’ils décident de m’envoyer ailleurs dans trois semaines. De mon ton le plus mielleux je m’adresse au dragon qui fait office de secrétaire.

Oui mais, pas d’affectation, pas de pv, me répond-elle en substance

- Pas de PV?

- J’ai pas dû etre bien clair (à prononcer sur l’air d’ »atmosphère atmosphère »). Puisque vous n’êtes pas affecté, vous ne pouvez pas être installé, donc pas de PV. J’ai des années d’expérience, je sais de quoi je parle.

- Oui mais les RAD du lycée ils ont eu un PV

- J’ai pas été claire? C’est pas parce qu’au lycée ils font signer n’importe quoi qu’on doit faire pareil…

Un quart d’heure plus tard, réunion avec le principal adjoint « et bien sûr vous irez faire signer votre PV d’installation »… Joie certaine du narrateur.

 

La suite dans le chapitre 3 où comment le preux chevalier se transforma en documentaliste

N’oublions pas l’essentiel

Image de prévisualisation YouTube

Chapitre 1, ou la présentation d’un preux chevalier

Bonjour à tous.  Je me présente : j’ai 24 ans (seulement… à mon plus grand regret, mais nous y reviendrons) je suis un jeune professeur d’Histoire-Géographie et après une année de stage assez sympathique je suis titulaire pour la première année. Donc si vous avez des enfants c’est peut-être moi le charmant/énervant/tyrannique/marrant/super moche/incompétent (cochez la case appropriée) qui fascine/traumatise/ennuie (même principe) vos enfants… Enfin pas pour l’instant, et c’est là tout le problème.

En effet étant donné mon faible nombre de points mutation (pas d’enfants+pas de mariage = poste pourri, c’est comme ça que ça marche dans l’Education Nationale) et mon faible âge -critère qui seul permet de départager les pas mariés/pas reproduits, j’ai été nommé loin très loin de mon domicile. Et surtout je suis ce qu’on appelle un TZR (non pas un Tranquille Zen Relax mais bel et bien un Titulaire en Zone de Remplacement). Qu’est-ce qu’un TZR? Mais tout simplement ce bon vieux remplaçant, si si, celui qui vient prendre le relais quand le prof est parti en dépression.

Seul problème, dans mon académie les TZR sont légions (et les classes surchargées mais faut pas chercher à comprendre) et en gros, pour résumer, y’a pas de place pour tout le monde. Alors voilà comment se passent les mutations à la sortie de l’IUFM, parmi les pas mariés/pas reproduits soit 80 % au moins de la promo

- Les plus âgés ont droit à un poste fixe sur un établissement « sensible » de banlieue

- Les un peu moins âgés ont droit à un poste fixe sur un établissement « sensible »… un peu plus loin

- Les un peu trop jeunes sont TZR mais affectés sur un poste à l’année que le rectorat avait oublié (ça peut arriver). Seul problème ces paquets cadeaux peuvent aller par 2 ou 3 (6 heures ici, 6 heures là-bas etc.)

- Enfin ceux qu’on confond avec les élèves, tellement la splendeur de la jeunesse imprègne leurs visages, ne sont pas affectés avant la rentrée et attendent un remplacement, avec plus ou moins d’impatience, tout en étant payés. Vous l’aurez compris, c’est mon cas. Et puisqu’il n’y avait semble-t-il pas de place pour moi, être payé à rien foutre ça me disait bien!

Seul hic, ces TZR sont alors affectés dans un établissement dit de rattachement administratif dans lequel ils n’ont pas d’heures de cours mais où ils peuvent plus ou moins servir de larbins. Et c’est là que les ennuis commencent …

Me voici donc, dôté d’un superbe statut, à la fois TZR et RAD (rattaché administrativement).

En ce soir de rentrée une chose me paraît alors évidente. Quelque part dans les ordinateurs du rectorat un monstre est né. Son nom à lui seul fait frémir : TZRRAD. Saurai-je le terrasser?

 

la suite dans le chapitre 2 : où un dragon ne veut pas signer le PV d’installation…




theworldofdd |
missyoura |
Kidal-blog: site d'informat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'air du temps
| vision libre
| jacquemiche2